Partir à la découverte des paysages du Kosovo

Nombreuses sont les personnes qui une fois le temps de la guerre passé, souhaitent partir à la découverte des payasages du Kosovo sans réellement savoir à quoi ce nouveau pays ressemble. Découvrez tous nos articles regroupant de nombreux clichés de paysages réalisés par des photographes locaux (notamment Bess Hamiti ou Bleron Çaka)

Évasion au Kosovo, le plus jeune pays d'Europe

Au centre du puzzle des Balkans, la pièce du Kosovo s’est finalement fissurée avec la guerre de 1999, lorsqu’après la fin du conflit entre Croates, Serbes et Bosniaques, le Kosovo a déclaré son indépendance et qu’une autre tempête à connotation ethnique a éclaté. Encore des milliers de personnes dans l’œil du cyclone, des morts, des déplacés, la haine et la rancœur déguisées en sentiment national ou ethnique.

Ce « hier » n’est plus très loin, et le Kosovo se tourne vers l’avenir, désireux de s’intégrer dans l’Europe du 21e siècle, notamment grâce aux jeunes qui veulent construire un nouveau pays, où le tourisme a beaucoup à dire. Nous avons profité de notre voyage en Macédoine pour faire un voyage au Kosovo.

Histoire du Kosovo

Serbes et Albanais considèrent le Kosovo comme un territoire historiquement important, même si derrière cela se cachent des revendications nationalistes qui ont servi à construire ces sentiments tribaux que sont les identités nationales. En 1389 a lieu la bataille du Kosovo, au cours de laquelle la principauté serbe de Lazar Hrebeljanović tente d’arrêter l’avancée de l’armée de l’Empire ottoman commandée par le sultan Murad Ier. Les Serbes ont été vaincus et ont ensuite dû payer un tribut et une vassalité aux Ottomans pendant des siècles. Aux XIXe et XXe siècles, le nationalisme serbe s’est servi de cette défaite pour revendiquer le Kosovo, tandis que les Albanais kosovars, dont la population avait augmenté de façon exponentielle après la Seconde Guerre mondiale, réclamaient une plus grande autonomie vis-à-vis de la Serbie.

En 1999, des milices albanaises kosovares ont affronté l’armée serbe, ce qui a donné lieu à un conflit qui n’est toujours pas résolu aujourd’hui. Bien que de nombreux gouvernements internationaux reconnaissent le Kosovo comme un pays, beaucoup d’autres, notamment l’Espagne, refusent d’accorder une caution juridique à son existence. Cela conduit dans certains cas à un flou diplomatique qui continue de faire couler de l’encre.

En 2008, le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance et, par intermittence, des situations tendues se sont produites avec la Serbie. Malgré l’image qui reste dans les mémoires, le Kosovo est un pays sûr pour le voyageur et bien qu’il y ait quelques obstacles et problèmes à connaître, on peut le visiter sans crainte. Nous avons passé deux jours à visiter certains des principaux sites d’intérêt, comme Pristina, Prizen et les monastères orthodoxes.

Le Kosovo compte sur la beauté de ses paysages pour relancer son économie

Le Kosovo veut se lancer dans le tourisme pour relancer son économie, ce qui se traduit par un changement de mentalité, notamment chez les jeunes qui tentent de créer des entreprises et de surmonter la bureaucratie et les réticences des plus radicaux des deux côtés.

Au Kosovo, le sentiment ethnique est plus important que le sentiment patriotique, et le sentiment albanais est plus important que l’appartenance au Kosovo ou une fois à la Serbie et à la Yougoslavie. Les drapeaux albanais et américains sont partout et ressemblent à des souvenirs de touristes. L’affrontement entre ceux qui recherchent une Grande Serbie et une Grande Albanie est palpable entre deux populations condamnées à se comprendre si elles veulent partager un territoire.

Conseils de voyage et recommandations pour le Kosovo

Informations pratiques : Capitale : Pristina, la langue parlée est l’albanais et le serbe, la monnaie officielle est l’euro et la population est de 1,8 million d’habitants, en légère reprise après le début de la guerre en 1999 où elle comptait un peu plus de deux millions d’habitants.

Comment s’y rendre : Le Kosovo est bordé par la Serbie (au nord), le Monténégro (à l’ouest), l’Albanie (au sud-ouest) et la Macédoine (au sud-est). Il n’y a pas de vols directs pour le Kosovo, il est donc indispensable de se rendre dans les pays voisins, la meilleure option étant la Macédoine ou l’Albanie. De là, vous pouvez traverser la frontière avec un passeport et sans visa.

Entrée dans le pays : la Serbie entretient le conflit avec le Kosovo en faisant obstacle – en empêchant directement l’accès – lorsque des voyageurs tentent d’entrer au Kosovo via l’Albanie ou la Macédoine et essaient ensuite de franchir la frontière avec la Serbie. Par conséquent, si l’intention est de poursuivre le voyage vers la Serbie, il est préférable de retourner en Macédoine et de traverser la frontière directement en Serbie.

Visite de sites religieux : dans certains monastères ou églises orthodoxes et dans certaines mosquées, les femmes et les hommes doivent obligatoirement se couvrir les jambes. Si vous portez des shorts ou une jupe, ils vous fourniront – ou vendront – des jupes pour les couvrir.

Sécurité : le Kosovo n’est pas du tout dangereux. En fait, c’est l’un des pays les plus sûrs que nous ayons visités, et nous n’avons ressenti de la part des populations serbe et kosovare que de l’attention et une volonté de communiquer.

Bien que l’Espagne ne reconnaisse pas la légitimité internationale du Kosovo, les touristes espagnols ne sont pas mal vus et savent faire abstraction de cette situation, faisant preuve de bienveillance à l’égard du tourisme croissant en provenance d’Espagne et d’autres pays d’Amérique latine.

Prix : Le Kosovo est bon marché, les prix des logements et des restaurants sont bon marché et abordables, ce qui constitue une raison supplémentaire de le choisir comme destination pour notre voyage. Par rapport à la Croatie ou à la Slovénie, vous remarquerez la différence. Tous les magasins et restaurants n’acceptent pas les paiements par carte de crédit et il est courant, mais pas obligatoire, de laisser un pourboire dans les restaurants où vous mangez.

Visiter les zones protégées par la KFOR : Comme nous l’avons déjà mentionné, il existe des zones sous la garde des troupes de la KFOR et pour y entrer, nous devons agir comme si nous entrions dans un autre pays, montrer notre passeport et nous enregistrer.

Photographie : Parfois, comme au Patriarcat de Pec ou à Gračanica, nous constaterons qu’il est interdit de prendre des photos à l’intérieur des monastères. Nous sommes allés avec un guide coopérant et dans certains cas, nous avons été autorisés à prendre des photos, mais soyez responsable si on vous dit que ce n’est pas possible. Il est toujours conseillé de demander.

Quand voyager au Kosovo : Le Kosovo est froid en hiver en raison de son altitude et le temps ne se réchauffe pas avant le printemps. La meilleure période pour venir est donc de mai à octobre.

Louer une voiture : L’une des meilleures options est de louer une voiture en Macédoine (à Skopje) et de se rendre au Kosovo pendant quelques jours pour visiter certains des endroits que nous avons visités, comme la capitale Pristina, le monastère de Gračanica, Prizren, ou le patriarcat de Pejc.

Excursions et visites : Il existe de nombreux circuits au départ de Skopje vers le Kosovo, visitant principalement Pristina, les monastères de Gračanica et Dechani, le patriarcat de Pejc ou la ville de Prizren, mais ils peuvent être personnalisés. Vous pouvez nous écrire pour entrer en contact avec nos partenaires qui proposent des excursions et des transferts au Kosovo et en Macédoine.